Animer les conflits

Le conflit est souvent perçu comme quelque chose de négatif. Il faut l’éviter, le gérer, le résoudre. Comme s’il était un problème. Pourtant il est inévitable au sein de tout groupe constitué : nous ne partageons pas les mêmes valeurs, nous portons des regards différents sur un même événement et souvent nos intérêts divergent, voire s’opposent. Accepter la normalité du conflit permet de penser les conditions qui permettent à chacun·e d’être entendu·e et de se sentir bien, mieux, au sein du groupe.

Aux termes de “gestion positive des conflits”, nous préférons donc ceux d’ “animation de conflit”. Comment faire en sorte que les conflits ne soient pas vécus dans la violence et/ou dans une dynamique de domination/soumission ?

De quoi parle-t-on ?

Comment comprendre les conflits ? Différents angles d’approche de situations concrètes permettent d’identifier des problématiques particulières : la communication et les malentendus, les rivalités et contradictions d’intérêts, les systèmes de valeurs et histoires individuelles… Nous en dégageons des principes et des techniques qui permettent de régler un différent ou d’éviter qu’une situation dégénère.

Nous travaillons également sur des méthodes qui permettent de profiter pleinement des conflits, comme autant d’occasions de se confronter, d’argumenter et de changer des choses. Libérer et valoriser la parole, travailler sur la communication non violente, sur le rôle et les outils du médiateur.

Enfin, nous cherchons à identifier et comprendre les formes et les sources de la violence, lorsque celle-ci s’exprime. Sans cela, nous ne pouvons la prévenir ou agir efficacement lorsqu’elle survient. Et si elle était parfois légitime ?

Comment fait-on ?

Nous apportons des éclairages sur les différents types de conflit et sur les biais cognitifs qui orientent notre perception des choses. Nous exprimons l’importance du conflit dans un fonctionnement démocratique.

Nous analysons et comparons entre eux des cas concrets, afin de comprendre ce sur quoi nous voulons agir. Nous usons de différentes techniques de mises en situation (jeux de rôles, jeux théâtraux…) pour provoquer de l’analyse et produire du savoir collectif.